Rechercher

ARRETE DE TE COMPARER AUX AUTRES

Mis à jour : févr. 24

As-tu déjà eu l'impression que le corps que tu veux, dont tu rêves, est toujours hors de ta portée ? Comme si tu n'étais jamais assez mince, fort, en forme ou en bonne santé? Ou qu'il y avait toujours quelqu'un de «meilleur» que toi ? 

Georgette DUPONT  a perdu 25 kg en 11 mois.


Et pendant une courte période, elle s'est sentie satisfaite de ses résultats.

Alors que sa famille et ses amis la considéraient comme en forme, elle est rapidement devenue insatisfaite.


«Même si j'étais plus maigre que jamais, je voulais maintenant ce fameux “six packs"», explique Georgette.


Après tout, les gens vraiment en forme ont des abdos, n’est ce pas ?


Mais peu importe à quel point elle était mince ou forte, ou quels nouveaux objectifs elle avait atteint, il y avait toujours quelqu'un de «mieux», à qui se comparer.

Au lieu d'apprécier ses propres progrès, elle en voulait toujours plus.


🤔 Cela te semble familier ?

Il y a d'innombrables histoires comme celle de Georgette. Autant chez les femmes que chez les hommes.

Peu importe où tu en es dans ton parcours de santé et de remise en forme, il est courant de se sentir comme ceci :

- jamais tout à fait là où tu voudrais être. - tout le monde fait mieux que toi - même ton meilleur effort n'est pas suffisant.

On peut appeler cela le "jeu de comparaison".

Et si tu es coincé dedans, tu sais a quel point cela peut te rendre “malade”, t’abattre et te démotiver. 

Dans cet article, j’essaye de t'expliquer pourquoi tu n'as de cesse de te comparer constamment aux autres et pourquoi tu as toujours l'impression de ne pas être à la hauteur.

gif

Il paraît, selon la science, que cela est tout à fait normal.

TOUT LE MONDE LE FAIT


Plus important encore, je te donnerais cinq stratégies qui t'aideront à conquérir ton complexe de comparaison pour de bon - car un mode de vie sain devrait t'élever, et non t'abattre.

I. C'est la nature humaine de se comparer aux autres.

Dans les années 1950, le célèbre psychologue Leon Festinger, Ph.D. a inventé le terme théorie de la comparaison sociale.

L’idée : afin d'évaluer notre «réussite» dans un domaine donné de la vie - réussite professionnelle, intelligence et, oui, apparence - nous nous tournons les uns vers les autres pour trouver des points de référence.

Mais nous ne regardons pas n'importe qui.

Nous nous comparons à notre «groupe de pairs pertinent», explique Karen North, Ph.D., professeur clinique de communications à l'Université de Californie du Sud.

Ce groupe, explique le Dr North, est composé de personnes que nous percevons comme étant de notre même niveau dans un attribut donné.

Par exemple, si tu es une star du basket-ball du secondaire, tu te compares probablement aux meilleurs joueurs de ton district, plutôt qu'aux étoiles de la NBA.

Maintenant, il n'est probablement pas surprenant que tes amis, voisins et collègues tombent généralement dans ton “groupe" de comparaison.

Mais tu peux également être influencé par des personnes avec lesquelles tu n'as pas de lien clair, comme une star de cinéma, un champion CrossFit ou un influencer Instagram.

«Les célébrités peuvent faire partie de notre groupe de pairs au point que nous pensons que nous les connaissons réellement», explique Krista Scott-Dixon, Ph.D., directrice du programme d'études chez Precision Nutrition et experte en psychologie.

«Pensez à la façon dont vous pourriez regarder une série Netflix et vous attacher aux personnages», dit-elle. "Cela fonctionne de la même manière: si vous passez du temps à regarder ou à lire sur certaines personnes, vous pouvez avoir l'impression qu'elles font partie de votre groupe de pairs, même si vous ne vous êtes jamais rencontrées."

Quelles que soient les personnes que nous considérons comme nos pairs, nous avons tendance à nous sentir bien dans notre peau lorsque nous pensons être dans le tiers supérieur du groupe.

Le gros problème ? Dès que nous pensons être «meilleurs» que les deux tiers de nos pairs, nous changeons de groupe. Et le cycle recommence.


C'est ce qui est arrivé à Georgette en ce qui concerne sa composition corporelle.

Elle n'a pas commencé à vouloir un “six packs". Mais une fois qu'elle s'est vue comme une «personne apte», elle a commencé à s'identifier à un nouveau groupe de personnes qui étaient encore plus maigres, plus en forme et plus fortes qu'elle.

Et surprise: ces gens semblaient tous avoir des abdos visibles.


Si nous comparer aux autres est la nature humaine, comment pouvons-nous nous sentir bien dans notre corps?



II. Cinq stratégies qui peuvent t'aider

Et bien sûr, ils pourraient t'obliger à essayer de nouvelles approches et à prendre des décisions difficiles.


Mais n'en vaux-tu pas la peine?

Stratégie n ° 1: concentre-toi sur les actions, pas sur les résultats.


Peut-être que tu aimerais rentrer dans une taille 3. Ou avoir un développe couche de a 120kg. Ou exécuter un dix kilometres en moins de 50 minutes.


Ces types de repères semblent souvent significatifs. Peut-être parce qu'ils offrent un moyen objectif de nous comparer aux autres. (Alerte drapeau rouge!) Tu n'as pas à te demander comment tu te situes ; les chiffres te le diront.

Pour certaines personnes, ces objectifs sont réalisables. Mais pour les autres ? Ils peuvent être totalement démoralisants.

Surtout quand on voit les autres réussir.


La solution : plutôt que de te concentrer sur le résultat final, concentres-toi sur la réalisation d'actions quotidiennes qui t'aidera à perdre de la graisse ou à devenir plus fort ou à courir plus vite. J’appelle cela  "des objectifs basés sur les habitudes".


Par exemple, si tu souhaites perdre du gras, tu peux définir des objectifs tels que:

Manger des protéines maigres à chaque repas

Avoir cinq portions de produits par jour

Faire de l'exercice pendant 30 minutes, trois jours par semaine

Ces actions, effectuées de manière cohérente, sont des exemples d’une manière de perdre de la graisse. Et ils sont sous ton contrôle.


En tant qu'objectifs, ils éloignent ton état d'esprit de la comparaison et  t'offrent plus d'occasions de célébrer tes efforts fructueux, au lieu de penser à tout ce que tu n'as pas encore accompli.


Bien sûr, se concentrer sur les actions plutôt que sur les résultats peut nécessiter un ajustement mental de ta part. Mais avec de la pratique, cela deviendra naturel. 



Stratégie n ° 2: Met les choses en perspective (chaque jour).


Il est facile d’être obsédé par ce que nous n’aimons pas dans notre corps.

De la cellulite sur le dos de nos jambes

À quoi ressemble notre ventre quand nous ne nous tenons pas

Trop maigres, trop flasques, trop ceci, pas assez cela… 


Peu importe qui tu es, tu peux probablement en nommer au moins deux. Et trop souvent, ces pensées occupent beaucoup plus d'espace dans notre tête qu'elles ne le devraient.


Mais en nous rappelant ce qui compte vraiment dans la vie, nous pouvons diluer ces sentiments négatifs et les rendre moins puissants.


Comment ? Par le simple fait d’écrire de manière quotidienne.


Ne considère pas cela comme un autre élément à ajouter à ta liste de tâches. Considère-le comme un moyen rapide et facile d'obtenir une dose quotidienne de perspective, de positif.


Chaque jour, écrit simplement:

- trois choses pour lesquelles tu es reconnaissant

- une chose qui te passionne

- une chose dont tu es fier (à partir de ce jour ou de la veille)


Faire cette liste peut te donner un coup de pouce mental majeur. Fait-le régulièrement et tu transformeras ton état d'esprit d'un lieu de comparaison à un état plus appréciable. En prime, tu peux regarder en arrière sur les précédents écrits et voir où tu en es. 



Stratégie n ° 3: élimine tes déclencheurs de comparaison.


Pense à un comportement, une activité ou un lieu visant à t'aider à être en meilleure santé. Y en a-t-il qui te font te sentir moins bien ? pas dans la "norme" ?


Cela pourrait être le site Web de ta blogueuse préférée en matière de préparation de repas… car elle semble avoir un temps infini pour expérimenter de nouvelles et délicieuses recettes.

Et ta vie n'est tout simplement pas comme ça.


Demande toi :

Y a-t-il un endroit, une personne ou une pratique spécifique qui te fait toujours te sentir «pas assez bien» ?


Si tu peux mettre ton «déclencheur» pour l'auto-comparaison en attente, tu pourras obtenir l'espace dont tu as besoin pour réévaluer ta situation et décider ce que tu veux vraiment. Ensuite, si tu souhaites continuer, tu peux revenir à cette situation avec une esprit clair et des attentes réalistes.



Stratégie n ° 4: Transforme tes réseaux sociaux.


Marie Kondo version fil d’actualité Instagram/Facebook, etc.


Parcoure ta liste d'amis et les groupes/pages, et demande-toi si chaque personne ou compte apporte de la joie à ta vie. Si ce n’est pas le cas, "retire-les de tes amis" ou arrête de le suivre ou masque son fil d’actualité (Je t’avais dit qu'il y aurait des décisions difficiles à prendre…).


Commence à suivre des gens qui  t'inspirent, "t’éduquent” ou te font simplement rire.

Il peut s'agir de personnes que tu connais ou de célébrités et d'influencers qui te donnent des sentiments positifs.

Ton objectif est de créer sur mesure un groupe de pairs qui favorise l'amour pour toi et ton corps.



Stratégie n ° 5: recherche des connexions significatives.


Que ce soit en ligne ou dans la vie réelle, partager nos difficultés et nos histoires avec d'autres personnes peut être un moyen de créer une véritable connexion, une communauté et un soutien - et beaucoup plus édifiant que de faire défiler #fitspo #fitgirls sur Instagram.


Partage ce post ou cette image qui révèle le vrai toi. Prend ce café avec un ami. Ouvre-toi à ton coach ou partenaire. Sois vulnérable.


Les conversations authentiques ont battu la comparaison silencieuse. À chaque fois.



Pour ma part, je me suis longtemps comparée aux autres : aux autres crossfiteuses qui avaient potentiellement le même niveau que moi et que je regardais progresser et "prendre de l'avance" quand moi j'étais blessée et donc stoppée dans ma progression. Résultats : une frustration grandissante, une démotivation totale, beaucoup de pensées négatives. Rien qui ne me fit vraiment avancer et me sentir bien dans mon corps et dans ma tête...

Jusqu'au jour où j'ai décidé de me concentrer sur l'essentiel :

- mise en place des actions pour me 'faire sentir mieux'

- être fière de mon parcours (bien différent de chacun)

- être consciente des chances que j'ai,

- m'inspirer de certaines personnes tout en traçant mon propre chemin.

Je ne vous cache pas qu'il m'arrive encore régulièrement de me comparer à d'autres, professionnellement parlant, mais je n'ai de cesse de m'améliorer ;)


POUR CONCLURE :


Il y aura toujours quelqu'un de plus maigre, plus en forme et plus fort.

Nous le savons tous.


Mais au lieu de te concentrer sur des choses qui t'éloignent de ta joie :

- construis ton propre système de soutien.

- cherche des modèles et entoure-toi de personnes qui t'élèvent.

- porte ton attention sur ceux qui t'aiment pour qui tu es… et qui t'aident à t'aimer.


Si tu y prêtes attention, tu pourrais enfin réaliser ce qu'ils voient en toi.


Et c'est là que tu auras définitivement battu le "jeu de comparaison".


gif

source : precision nutrition blog

75 vues1 commentaire

Copyright © 2019 emycoaching/ Powered by Emeline DARMEZIN, Genève, SUISSE

mentions légales