Rechercher

LE MOUVEMENT POUR LA VIE

Mis à jour : févr. 24

Marcher, courir, sauter... le corps est fait pour être en mouvement. Les êtres humains ont commencé à courir pour leur survie. La course à pied nécessite, entre autre, de l'équilibre, de la coordination, de l'efficacité ; c'est la base de l'activité motrice qui est imprimée dans notre code génétique depuis le début de l'humanité.

NOUS SOMMES NÉS POUR BOUGER !

Et non je ne vais pas te parler de mouvement ou d'exercice dans le but acquérir ce "fit body" dont tout le monde parle. Non ! Je vais plutôt te parler de capacité, de confiance et même de liberté.


Aujourd'hui, de part la tertiarisation et l'industrialisation de notre société, nous avons une forte tendance à nous prélasser dans nos canapés. Les problèmes de sédentarité sont incontestables !

Mais comme ce fameux paradoxe entre la poule et l'oeuf, Aurélien Broussal Derval, dans son livre "L'Art du Mouvement", s'interroge puis, affirme : "subissons-nous notre société cérébrale inactive ou l'avons-nous créer telle que nous la souhaitons ? La nature humaine est paresseuse, orientée sur le confort et l'oisiveté. Dans ce contexte, nous avons toujours pus eu tendance à nous cacher dans notre zone de confort plutôt qu'à en sortir."

BOUGER N'EST, ACTUELLEMENT, PLUS UNE PRIORITÉ CAR ELLE NE NOUS SEMBLE PLUS NECESSAIRE. Et pourtant...


Et si l'on se penche du côté de ces gens qui bougent, qui font du sport, que va t'on y trouver ?

D'une part les compétiteurs, en quête de performance, qui de part le "toujours plus" et l'affrontement font oublier l'aspect santé et préventif.

D'autre part, le sport loisir. On y retrouve l'industrie du fitness, qui s'est généralisée. Mais quel est son moteur économique ? NOTRE NARCISSISME, notre quête de la beauté. Une source de motivation qui hélas manque les objectifs qui devraient être notre priorité : bouger sain, bouger bien, bouger pour être en bonne santé, bouger pour se sentir bien dans son corps et dans sa tête, bouger pour être capable, confiant et libre.


En fait, beaucoup de personnes ne semblent pas saisir

l'importance qu'a le mouvement dans notre vie.


Au cours de ces dernières années en tant que coach mais aussi au cours de ma pratique personnelle, j'ai découvert ceci : développer un corps qui bouge bien est la clef pour un endroit où tu te sens- enfin - capable, confiant et libre.



I. Le mouvement, qu'est ce que c'est ?


Définition Larousse (oui oui ça existe encore les dictionnaires ;) ).

MOUVEMENT n.m. (du lat. movere, mouvoir).

Action ou manière de se mouvoir, de déplacer le corps, une partie du corps ; ensemble des gestes, des déplacements du corps


Pour aller plus loin, le mouvement humain peut se définir selon trois axes : la physiologie, l'anatomie fonctionnelle et la psychologie.

Ici, la physiologie est la transmission des messages nerveux, qui nous permet d'enclencher la contraction en utilisant les ressources énergétiques.

Lorsque l'on parle d'anatomie fonctionnelle, on voit le corps humain comme un ensemble de câbles et de leviers se coordonnant au service du mouvement.

Quant à la psychologie, ici l'on pense à la volonté de mouvement et plus encore : la recherche de sensations mettant en oeuvre le système kinesthésique ou proprioceptif jusqu'à même l'aspiration au bonheur.


Ceci constitue un mode d'emploi, sommaire mais complet, de cette formidable machine qu'est l'appareil locomoteur humain.



II. Le mouvement, une priorité ?


IIA. LE MOUVEMENT POUR ÊTRE EN FORME :


Quand nous bougeons :


- nos muscles se contractent ;

- nous chargeons nos tissus conjonctifs et nos os ;

- nous augmentons notre respiration et notre circulation; et nous libérons des hormones et des signaux cellulaires particuliers.

Tous ces éléments (et une variété d'autres processus physiologiques) indiquent à notre corps d'utiliser ses matières premières et la nourriture que nous mangeons selon certaines manières.


Par exemple, le mouvement dit à notre corps:


- de récupérer l'énergie stockée (par ex. graisse ou glucose) et l'utiliser ;

- de stocker toute énergie supplémentaire dans les muscles, ou l'utiliser pour la réparation, plutôt que de la stocker sous forme de graisse ;

- de renforcer les tissus tels que les muscles, les tendons, les ligaments et les os ;

- d'éliminer les déchets accumulés.


De plus, les fonctions corporelles améliorées nous permettent de bien bouger et donc de :


- monter des escaliers ou des collines,

- franchir les obstacles,

- porter nos courses, nos enfants,

- se lever, de s'asseoir,

- saisir et tenir des objets comme une masse,

- tirer ou faire glisser des choses comme une porte lourde ou une poubelle

- déplacer des meubles,

- promener un chien


Au plus nous pouvons faire de choses en toute confiance et avec compétence, au plus nous serons en forme. Encore mieux, cela signifie que nous ferons plus. Cela conduit à plus de fitness. Et ce cycle vertueux continue.

PLUS DE MOUVEMENT > PLUS FONCTIONNEL > PLUS DE CONFIANCE > ENCORE PLUS DE MOUVEMENT > AMELIORATION DU FITNESS ET LA COMPOSITION CORPORELLE > ENCORE PLUS FONCTIONNEL > ENCORE PLUS CONFIANT > et ainsi de suite ..



IIB. MAIS LE MOUVEMENT FAIT BIEN PLUS QUE "juste nous maintenir en forme"


Malgré les lunettes et les iPhones, les humains sont toujours des animaux. Nous sommes censés nous déplacer avec la grâce et l'agilité d'un tigre (ou d'un singe). Et le mouvement nous offre un nombre énorme d'avantages (parfois surprenants).


> Le mouvement est la façon dont les humains (et les autres animaux) interagissent avec le monde.

En tant que bébés, nous commençons immédiatement à attraper des choses, à les mettre dans notre bouche, à chercher des choses et à nous accrocher à nos parents (maintenant moins poilus).


Nous sommes des êtres tactiles et kinesthésiques qui doivent interagir directement avec les stimuli physiques : toucher, goûter, manipuler, nous déplacer autour des objets dans un espace tridimensionnel.


> Le mouvement nous aide à nous connecter et à établir des relations avec les autres.

Le mouvement est un capteur pour le monde qui nous entoure.


Dans une étude, lorsque les muscles faciaux des gens étaient paralysés par le Botox, ils ne pouvaient pas lire les émotions des autres ni décrire les leurs. Nous devons imiter et refléter le langage corporel et les indices faciaux les uns des autres pour nous connecter émotionnellement et mentalement.


La posture d'un jeune homme fier se pavanant, les mouvements de danse féroces de Beyonce, le regard noir que ta mère te donne quand elle sait que tu n'as pas fait le ménage...


Le mouvement nous donne un langage expressif riche et nuancé qui va bien au-delà des mots, nous aidant à construire des relations plus épanouissantes et durables, avec moins de malentendus, de déconnexions ou de bêtises de communication.


> Le mouvement nous aide à penser, à apprendre et à nous souvenir.

Nous pourrions imaginer que «penser», cela ne se passe que dans notre tête.


Mais en réalité, la recherche montre que nous faisons ce qu'on appelle la «cognition incarnée»/embodiement - dans laquelle les mouvements du corps influencent les fonctions cérébrales comme le traitement de l'information et la prise de décision, et vice versa.


«Penser» implique donc notre corps tout entier.


Mais même si la pensée se limitait à notre cerveau, il existe des preuves que le mouvement et la pensée sont intimement liés.

Il s'avère que le cervelet - une structure à la base du cerveau que l'on pensait auparavant uniquement utilisée pour l'équilibre, la posture, la coordination et la motricité - joue également un rôle dans la pensée et l'émotion.


De plus, le mouvement soutient la santé et le fonctionnement du cerveau de nombreuses façons, en aidant les nouveaux neurones à croître et à prospérer (c'est-à-dire la neurogenèse).

Chaque jour, notre cerveau produit des milliers de nouveaux neurones, en particulier dans la région hippocampe une zone impliquée dans l'apprentissage et la mémoire. Le mouvement - qu'il s'agisse d'apprendre de nouvelles habiletés physiques ou simplement de faire de l'exercice qui améliore la circulation - donne aux nouvelles cellules un but pour qu'elles restent plutôt que de mourir.


Ainsi, le mouvement :


- aide à maintenir les structures cérébrales existantes,

- aide à ralentir le déclin mental lié à l'âge,

- nous aide à récupérer si notre cerveau est blessé ou enflammé,

- abaisse le stress oxydatif, et

- augmente les niveaux d'une substance connue sous le nom de facteur neurotrophique dérivé du cerveau, ou BDNF, qui est impliquée dans l'apprentissage et la mémoire.


Bougez bien, bougez souvent, devenez plus intelligent.


> Le mouvement affecte la façon dont nous nous sentons physiquement et émotionnellement.

Les gens de toutes formes et tailles disent avoir une meilleure qualité de vie, avec moins de limitations physiques, lorsqu'ils sont physiquement actifs.


Des recherches qui ont comparé l'exercice seul au régime seul ont révélé :


Les personnes qui changent de corps en faisant de l'exercice (plutôt qu'en suivant un régime) se sentent mieux - à propos de leur corps, de leurs capacités, de leur santé et de leur qualité de vie globale - même si leur poids ne change finalement pas.


Maintenant… imagine simplement si tu combines la magie de l'exercice avec une alimentation stimulant le cerveau et la musculation !



IIC. SURPRISE ! JE N'AI PAS LE TEMPS D'ALLER À LA SALLE, N'EST PAS UNE EXCUSE VALABLE



gif


WARNING ALERT SPOLIER : il n'y a rien de magique dans un circuit-training, le cours de body pump dans votre salle de sport ou la méthode d'entraînement 'dernier-cri'.






Nos ancêtres n'avaient pas besoin de «s'entraîner» lorsqu'ils marchaient, grimpaient, couraient, rampaient, nageaient, tiraient, creusaient, s'accroupissaient, jetaient et transportaient des choses pour survivre. Ils n'avaient pas non plus besoin d'un "cours" quand ils couraient pour chasser, dansaient pour partager des histoires ou célébrer des rituels, ou simplement… jouaient.


«S'entraîner» n'est qu'un moyen artificiel de nous faire faire ce que notre corps a connu et aimé pendant la majeure partie de l'histoire humaine - des mouvements réguliers que nous avons perdus et oubliés à mesure que nous grandissions en tant qu'espèce.


Nous ne pouvons plus chasser pour le dîner mais nous pouvons opter pour l'ascenseur plutôt que l'escalier.

Nous ne sommes plus obligé de bouger autant que nos ancêtres. Mais le mouvement est toujours ancré dans notre cerveau.


Alors que faire ?!



III. Bien, j'en sais un peu plus sur le mouvement, et maintenant ? (que vais-je fairEEE)

Tout le monde ne doit pas être (ou peut être) danseur de ballet ou gymnaste olympique. En tant que femme d'un mètre soixante huit et 30 ans qui a deux mains gauches, je suis presque sûre que je ne jouerais pas au basket ou au volley à haut niveau. Cependant, je suis presque sûre aussi qu'adopter l'attitude, "Eh bien, je suppose que je ne devrais pas monter les escaliers parce que mes jambes sont trop courtes", n'est pas la voie à suivre.


IIIA. OBSERVE

Par contre, tu peux aujourd'hui, porter une attention particulière à la façon dont tu te déplaces, dont ton corps se comporte dans son environnement.

Au fil des activités quotidiennes de ta journée, note comment ton corps façonne ses mouvements.

Comment bouges-tu…

Sois curieux.


- Lorsque tu marches ou coures : quelle est la longueur de ta foulée ? Tes jambes se balancent-elles librement ? Tes hanches sont-elles serrées ou lâches ? Que font tes bras ? Où regardes-tu ?

- Lorsque tu te lèves : comment ton poids se déplace-t-il doucement lorsque tu te lèves ? Quelles sont les sensations, dans tes pieds ou dans tes jambes ?

- Lorsque tu es assis: où est ta tête? Peux-tu sentir la pression du siège sur ton dos ou tes fesses?

- Quand tu t'entraînes : peux-tu sentir les muscles travailler ? Que se passe-t-il si tu essayes de faire un mouvement, sensé être rapide (comme un saut ou un coup de pied), lentement et vice versa ?


Demandes-toi si tu bouges aussi bien que possible.

Te sens-tu confiant et capable ? Prêt à tout ?

As-tu des limitations physiques? As-tu des moyens de les adapter ou de les contourner ?


Dans mes coaching, j'ai l'occasion de travailler avec des clients ayant des "limitations", tels que :

- douleur chronique ou restrictions de mouvement - par exemple, d'une blessure ou d'une inflammation.

- trop de graisse corporelle et / ou pas assez de masse musculaire.

- trop ou trop peu de calories / nutriments pour se sentir énergique.

- perte de mobilité liée à l'âge.

- un handicap physique.

- problèmes neurologiques.


Peut-être que tu as une configuration corporelle qui te permet de faire certaines choses plus facilement ou plus difficilement.

Nous avons tous des limites structurelles ou physiques. Nous avons tous des avantages. Tout dépend du contexte.


Quelle que soit ta composition physique (unique), il existe des activités qui peuvent fonctionner pour toi et t'aider à rester en mouvement une grande partie de ta vie quotidienne.


Demande toi : comment puis-je mieux bouger ? Et à quoi pourrait ressembler ma vie si je le faisais ?


Et si tu as besoin d'aide, n'hésite pas à me contacter.



IIIB. EXPERIMENTE

À quand remonte la dernière fois que tu as essayé d'apprendre de nouvelles techniques, de nouveaux mouvements ?

Quels mouvements aimerais-tu essayer… dans un monde parfait?


Pense à d'autres façons de bouger.

Si tu travailles d'une certaine manière parce que tu penses que tu «devrais», mais que cela ne convient pas à ton corps, envisage d'autres options.


Ou, si ton entraînement actuel se déroule bien mais que tu es curieux de connaître d'autres possibilités, envisage tout de même d'élargir ton répertoire de mouvements.


Tout, du tir à l'arc à la Zumba, est là ; à toi d'aller essayer.


Rappelles-toi: tu n'as pas à t'entraîner ou à t'exercer pour bouger.


Prends ton temps. Fais ce qu'il te plaît. Choisis une nouvelle façon de te bouger aujourd'hui et, FAIT-LE.



IIIC. NOURRIS

Aide ton corps à faire son travail avec une bonne nutrition.

Un mouvement de qualité nécessite une nutrition de qualité.


Et tout comme tes mouvements, tes besoins nutritionnels te sont propres.


Voici comment commencer à comprendre ce que signifie une «nutrition optimale» pour toi :

- Équilibre ton apport pour éliminer les éventuelles carences en nutriments.

- Calibre ton apport calorique avec un contrôle des portions facile, efficace et une prise de conscience de l'appétit.

- Adapte ton alimentation à des circonstances spéciales, comme une grossesse ou une blessure.

- Trouve des moyens de réduire le stress (cela peut sembler un peu différent pour les hommes et les femmes).


Si tu sens que tu as besoin d'aide sur ces fronts, contacte moi.


POUR CONCLURE :


Le mouvement participe à la vie.


Nos enfants remplis de vitalité nous le montrent tous les jours : amenez un enfant sur une plage et voyez comment il se met en mouvement joyeusement.

De l'autre coté, chez une personne âgée, le mouvement est tout aussi vital pour prévenir les chutes, entre autre. Quand une personne âgée n’arrive plus du tout à bouger de son lit, on assiste à un enchaînement de complications qui conduisent bien souvent à la mort.


Tant qu’il y a du Mouvement, il y a de la vie.


Nous devons apprendre à faire notre propre kinésithérapie (kinésithérapie signifie étymologiquement le traitement par le mouvement, kinêsis = mouvement en grec).


Le mouvement, c’est la vie.


Sources : https://www.precisionnutrition.com/blog - L'Art du Mouvement by A. Broussal Derval

71 vues

Copyright © 2019 emycoaching/ Powered by Emeline DARMEZIN, Genève, SUISSE

mentions légales